Youtube Instagram
Cameroon wins Women's African Nations Volleyball Championship

Cameroon's players celebrating their impressive run to the omen's African Volleyball Championship title (Photo: AIPS Africa)
by Emmanuel Gustave SAMNICK, Secretary General AIPS Africa

Pour la version française, veuillez défiler vers le bas.

YAOUNDE, October 24, 2017 - They have done it! For the first time, the Cameroonian national women’s volleyball team has won the Women's African Volleyball Championship. The competition included 10 participating countries and took place in Yaounde, Cameroon from 7 to 14 October 2017.

The 5000 spectators of the Yaounde multisport complex pushed Cameroon’s team to the victory in the final against a very strong team Kenya, the nine-time African champion, having won the last three successive editions. The Kenyan team was clearly the favorite before the beginning of this 18th Women's African Volleyball Championship. Kenya, known popularly as the Harambee Stars wasted no time in showing their reputation as the number one in women’s volleyball in Africa, starching all its adversaries by the same clean sheet score of 3-0. But in final, they met a very motivated Cameroon’s team even if the locals suffered a lot to win the third set (29-27).

Cameroon’s rise to the top is not a conventional one. Not so long ago the atmosphere in the camp and in the nation was much disturbed by the astonishing situation of having two head coaches at the same time. Cameroon Minister of Sport decided to maintain as team coach the controversial Nane Eone, while the National Volleyball Federation hired Jean-René Akono, a former international player working as a professional coach in France. Cameroon’s team however managed to recover from the agony and uncertainty largely thanks to the persistence of the Cameroonian Volleyball Federation. The Federation managed to win the battle and keep their own coach in charge - Jean-René Akono, a brilliant technician who trained and motivated his players well, constructing a melting-pot of local and abroad-based players, older and experienced players and young and talented. The team grew into the competition played on their home court, suffering in the last group stage match against Egypt (3-1) but dominating Senegal in semi-final and Kenya in the final with the same 3-0 scoreline. By making it to the final, both Kenya and Cameroon qualified as African representatives to the next World Cup in Japan in 2018.

In the end, Cameroon came out as a worthy African champion who in addition to its championship trophy saw four of its players grab individual trophies. Among them, the most valuable player (MVP) of this 2017 Women's African Volleyball Championship went to the talented 24-year-old Laeticia Moma Bassoko, whose smile was immortalized on TV stations across the continent. Is this a sign of renaissance of Cameroonian volleyball?

Le Cameroun sur la première marche de volley-ball féminin en Afrique

Par EMMANUEL GUSTAVE SAMNICK,Secrétaire Général AIPS-Afrique

YAOUNDÉ, 24 OCTOBRE 2017 - Elles l’ont fait ! Trois sets à zéro ! L’équipe du Cameroun a vaincu son homologue du Kenya quintuple tenante du titre en finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de volley-ball féminin disputée samedi 14 octobre 2017 dans un palais polyvalent des sports en ébullition, les 5000 spectateurs clamant haut leur joie d’être parvenus à pousser leur équipe à une victoire inespérée. Car en Afrique, les joueuses kényanes sont l’ogre qui dévore tout sur son passage. Avant cette édition 2017, le Kenya avait déjà trusté neuf trophées de la Coupe d’Afrique des nations dont les trois derniers mis en jeu dans cette compétition majeure du continent. Donnée super favorite pour le rendez-vous de Yaoundé, la sélection kényane a amplement justifié sa réputation, alignant cinq victoires en cinq matches sans concéder le moindre set à ses adversaires. Avant donc de s’écrouler en finale (27-29) devant une équipe du Cameroun métamorphosée et portée par son public, notamment dans les derniers instants du troisième set quand les corps ne répondaient plus et que le Kenya était revenu dangereusement à 23-23 après avoir été mené 21-15.

Le volley-ball féminin camerounais revient donc de très loin, lui qui n’avait pas encore été champion d’Afrique, contrairement à sa version masculine. Une victoire à la saveur particulière puisqu’elle a été acquise à domicile, le palais des sports de Yaoundé inauguré en 2009 faisant le plus grand bien au sport camerounais désormais capable d’accueillir de grandes compétitions internationales sur des installations modernes. «La sérénité est aussi revenue au sein de cette sélection longtemps perturbée par des querelles incessantes sur le banc de touche», commente Roger Bowen, ancien vice-président de la Fédération camerounaise de volley-ball et ancien capitaine glorieux de la sélection masculine vainqueur notamment de la médaille d’or des Jeux africains 1987 de la Coupe d’Afrique en 1989. Cette ancienne gloire du volley-ball camerounais fait ici allusion à la gestion technique ambiguë de la sélection masculine pendant un temps : le ministre des sports avait imposé Nane Eone, un fonctionnaire de ce ministère très décrié mais toujours présent dans à la tête du staff depuis deux décennies ; tandis que le président de la fédération faisait appel à Jean-René Akono, ancien international qui officie depuis sa retraite comme entraîneur professionnel en France. C’est ce dernier, passée la cacophonie créée pendant les Jeux africains 2015 de Brazzaville, qui a finalement pris tout seul les rênes de la sélection. Avec le résultat qu’on sait !

Les Lionnes indomptables du volley-ball ont remporté tous leurs matches de cette 18ème CAN avec brio, la plus forte opposition leur ayant été administrée par la magnifique équipe d’Egypte, trois fois championne d’Afrique, mais qui a fini par être vaincue lors du dernier match de poule (1-3). La demi-finale contre le Sénégal fut plus aisée, remportée 3-0 sans discussion (25-19, 25-20 et 27-25). Qualifiés en finale, le coach Akono et ses pouliches étaient déjà heureux d’être qualifiés pour la prochaine Coupe du monde au Japon où l’Afrique a deux places. Mais ils ont obtenu mieux en haussant leur niveau de jeu en finale pour brandir le trophée continental après avoir renversé l’ogre kényan (3-0) qui n’aura existé que pendant le haletant troisième set. Mais les joueuses camerounaises ont tenu bon et sont logiquement récompensés au tableau final des médailles. En effet, outre le trophée de vainqueur qui est revenu à l’équipe, quatre Camerounaises ont reçu des distinctions individuelles dont celle de meilleure joueuse du tournoi attribuée à Laetitia Moma Bassoko. Cette dernière, beauté enivrante de 24 ans dont le sourire illuminait encore les génériques de chaînes de télévision locales plusieurs jours après l’exploit de la CAN, incarne à souhait cette brillante équipe du Cameroun, talentueuse, dégagée, généreuse et ambitieuse.


News from the same category
Video Gallery




  • Video News
  • AIPS Partners
  • IOC
    International Olympic Committee
    FIFA
    Fédération Internationale de Football Association
    IAAF
    International Association of Athletics Federations
    FINA
    Federation Internationale de Natation
    FIBA
    International Basketball Federation
    FIS
    International Ski Federation
    FIG
    Fédération Internationale de Gymnastique
    FISU
    Federation Internationale du Sport Universitaire
    FIAS
    FIAS / International SAMBO Federation / Federation International de SAMBO
    UWW
    United World Wrestling
    IJF
    International Judo Federation
    EHF
    European Handball Federation
    IFBB
    International Federation of Bodybuilding & Fitness